Le style pratiqué au Samouraï Karaté Club et Karate Club Collonge-Bellerive est le style SHOTOKAN.

Ce style a été créé en 1938 par Gishin Funakoshi. Le nom de Shotokan provient d’ailleurs de son nom de plume « Shoto ». Issu du Shorin-ryu d’Okinawa, ce style est considéré comme l’un des plus puissants. En effet, les coups de poings sont directs, les coups de pieds puissants, les positions basses et les katas sont longs plus longs que dans les autres styles.

Le style que nous connaissons actuellement a été développé par le fils Gishin Funakoshi, Yoshitaka.

Cependant une scission est apparue avec la JKA (Japan Karaté Association) en raison de plusieurs désaccords notamment sur la dérive sportive avec la compétition que Gishin Funakoshi père exécrait.  On peut donc dire qu’il existe plusieurs courants Shotokan.

Le versant traditionnel étant représenté entre autre par Tsutomu Ohshima qui prône un karaté proche de celui de Gishin Funakoshi. Ce courant est également appelé Shotokan Ohshima.

Un autre Shotokan important est celui de Taiji Kase car même si ce dernier a été rattaché à la JKA et a entraîné de grands champions et malgré certaines positions identiques à Yoshitaka Funakoshi, il a fini par développer dans un esprit traditionnel son propre style .

Une autre branche est repésentée par Hidetaka Nishiyama, chairman de l’ITKF (International Traditionnel Karate Fédération). Seule fédération reconnue par le CIO avec l’appellation traditionnel.

 

Le Tigre, symbole du style Shotokan

Dans la culture asiatique, le tigre représente une des deux grandes forces de l’univers, l’autre étant le dragon. Le tigre a le pouvoir de commander le vent, et le vent est son compagnon constant. Le tigre est aussi un symbole chinois traditionnel qui signifie que le tigre ne dort jamais. Présenté par le Bouddhisme, le tigre représente la force, la noblesse, et le courage.

Le dessin avec le tigre à l’intérieur du cercle est nommé le Tora no maki, le « rouleau de tigre ». Dans la tradition japonaise, le Tora no maki est le document écrit officiel d’un art où d’un système, qui est utilisé comme étant la source de référence pour cet art. Les Japonais n’ont pas créés les livres reliés comme nous employons en occident. Au lieu de cela, ils écrivaient leurs documents sur des longs rouleaux de papier, tout comme le faisaient nos ancêtres, il y a des centaines d’années.

Le tigre a été peint par Hoan Kosugi, ami et étudiant de Gichin Funakoshi, artiste japonais réputé et président du Tabata Popular Club. Il a fait ce dessin au pinceau spécifiquement pour illustrer la page couverture du livre de Funakoshi Karate-Do Kyohan, publié en 1935. Le kanji en haut à droite, près de la queue, fait partie de la signature de l’artiste.